A PROPOS DE NOUS

Vétérinaire depuis 2003, cavalier mais également musher, c’est suite à un burn-out et un arrêt cardiaque de quelques minutes que ma vision du monde et ma manière d’aborder la vie mais également la médecine vétérinaire ont complètement changé.

En effet, si dans les mois qui suivent cette expérience mes perceptions et mes intuitions se décuplent, c’est en septembre 2015 que sentant un afflux d’énergie dans mon bras et une chaleur dans ma main je réalise que je suis capable d’ôter la douleur d’un chien boiteux par simple contact.  

 

Athée et scientifique cartésien de par mon éducation et ma formation, si mon esprit rationnel est en proie à de nombreuses interrogations, c’est en me rappelant  les bandes dessinées de Derib « Celui qui est né deux fois » et « Red Road » relatant l’histoire d’un chamane qui se révèle après avoir été foudroyé et de son descendant qui se découvre une capacité à guérir en sentant comme moi une chaleur dans sa main que j’oriente mes recherches vers le chamanisme. 

Si je redécouvre le livre « Chamanisme celtique » de Gilles Wurtz que j’avais feuilleté un an plus tôt afin d’intégrer les bases de la pratique chamanique, c’est en visionnant les documentaires de Corine Sombrun, d’André Riou et du neuro-psychiatre et co-auteur de « Le chamane et le psy », Olivier Chambon,  que je comprends  que  la pratique chamanique me conduit à un « état élargi de conscience » où mes perceptions vont bien au delà de ce que me révèlent mes cinq sens dans un état d’éveil normal tout en me permettant d’agir à d’autres niveaux que sur le juste plan physique.

 

Fasciné par ces capacités révélées, si je suis resté scientifique et afin d’objectiver ce qui m’arrivait, je rencontre le professeur Laureys du CHU de Liège (prix Francqui 2017 pour ses travaux sur la consience) en avril 2016 pour intégrer son programme d’étude rétrospective sur les expériences de mort imminente en octobre 2017 et la transe chamanique en juillet 2018.

 

Au delà de m’apporter énormément sur le plan personnel en pratiquant sur mes animaux, mes proches et moi-même, c’est avec un immense plaisir que j’ai redécouvert mon métier  avec  des résultats qui m’émerveillent davantage chaque jour, tout en continuant à évoluer et à intégrer de nouveaux outils à mon arsenal thérapeutique dans le cadre d’une approche globale de la thérapie pour davantage de bien-être.

Homme-Médecine pour animaux et pour humains


Si le chamanisme, ou quelque soit le nom qu’il porte aux quatre coins du monde, est certainement la plus ancienne forme de spiritualité et de médecine ancestrale dont les premières traces remontent à 60 000 ans, sa particularité est qu’il n’obéit à aucun dogme, aucune croyance, aucune philosophie, les chamans subissant des transmutations physiques, psychiques et physiologiques leur permettant d’élargir leurs champs de conscience au-delà de ce que nos 5 sens nous permettent de percevoir.  

 

Là où le chamanisme pratiqué en tant que médecine se démarque de la médecine allopathique moderne, c’est que le praticien lorsqu’il travaille « en état élargi de conscience » peut chercher l’origine d’un symptôme à d’autres niveaux que sur le seul plan physique (mental, émotionnel, énergétique,…) et donc agir plus en profondeur en traitant le patient dans sa globalité avec des effets très intéressants par leur justesse  leur rapidité et leur durabilité.

 

Au sein de notre société moderne où les animaux sont soumis de la même manière que leurs propriétaires au stress en développant des maladies « humaines » inconnues dans le monde sauvage (au même titre que certaines populations qualifiées de « primitives » ne connaissent pas le diabète),  l’utilisation de ces thérapies en agissant à différents niveaux et en favorisant l’induction de processus d’auto-guérison conduisent le patient (homme ou animal) à davantage de bien-être à tous niveaux et ce quel que soit le motif de consultation (physique, comportement, stress) tout en permettant d’apporter davantage de confort aux animaux et aux humains en fin de vie. 

 

Loin d’être en opposition avec la médecine  moderne qui nous a apporté des connaissances et des outils thérapeutiques révolutionnaires au cours du siècle dernier (comme la découverte du premier antibiotique naturel, la pénicilline, en 1928 par Fleming), dès lors que le Chamanisme évolue avec l’Homme et ses connaissances, un Homme-Médecine loin de s’enfermer dans le dogmatisme reste au contraire ouvert à l’expérimentation et à l’utilisation de tout ce qui pourra améliorer sa pratique (reiki, magnétisme, lithothérapie, aromathérapie, médecine traditionnelle chinoise et leur utilisation combinée à d’autres moyens peuvent s’intégrer au même titre que la transe chamanique dans la globalité des outils qu’un Homme-Médecine est susceptible d’utiliser dans sa pratique).

 


Dans la mesure où l’approche chamanique de la thérapie comme les soins énergétiques ne nécessitent pas de contact physique ou visuel, si dans un premier temps, j’ai expérimenté de manière ludique les limites de ces techniques par téléphone et Facebook avec des amis et que par la suite, j’ai commencé à travailler sur mes patients sur le trajet pour constater les effets en arrivant sur place , dès lors que j’ai été sollicité par des gens chez qui la distance ne me permettait pas de me rendre, c’est tout naturellement que je propose ce type de séance comme il m’arrive de seconder un confrère pour favoriser les chances de réussite d’un traitement.

Thérapie commune homme-animal

Si mon parcours m’a conduit à explorer différentes voies dans la quête du bonheur comme la méditation, la psychothérapie et la lecture de nombreux ouvrages de développement personnel avant d’aboutir au chamanisme et à l’utilisation de nombreux outils  en thérapie dans le cadre de mon métier de vétérinaire après les avoir expérimentés sur moi, dans la mesure où j’utilise ces méthodes au quotidien avec ma famille ou certains amis qui le souhaitent autant que sur mes animaux pour tendre vers un maximum de bien-être, au vu du lien qui unit l’homme à l’animal, il m’est apparu comme une évidence de proposer également aux propriétaires ce type de soins dans un contexte de thérapie commune homme-animal, mais également de proposer mes services à toute personne en quête de mieux-être.

 Prévention et médecine sportive

Si bien souvent dans notre monde moderne occidental où la médecine corporelle est la plus pratiquée par les vétérinaires ou les médecins et la plus connue du grand public, les propriétaires d’animaux ou les gens plus simplement se tournent souvent vers les médecines énergétiques quand la médecine corporelle, la chirurgie et les médicaments n’apportent plus de solutions à leurs problèmes et si j’ai la chance de pouvoir contribuer à de petits miracles en certaines occasions, l’aspect préventif du chamanisme et des médecines énergétiques est essentiel.

 

En effet, dès lors qu’on comprend qu’un symptôme physique peut avoir pour origine par exemple un affect au niveau mental ou émotionnel, voire chez l’animal provenir d’un mal-être conscient ou inconscient de son propriétaire et survenir bien après l’affect d’origine, il est aisé de percevoir l’intérêt d’un travail de prévention et d’un rééquilibrage régulier visant à renforcer l’immunité et limiter le risque d’apparition de maladies dégénératives (arthrose, tumeurs, diabète, hernie discales) ou de troubles du comportements chez l’homme comme chez l’animal (dépression, burn-out, …).

 

Si cette approche préventive est peu connue et peu répandue en occident même si ces pratiques commencent à éveiller l’intérêt d’une société en quête de davantage de bien-être, c’est un des principes fondamentaux de la médecine traditionnelle chinoise dans laquelle un bon médecin a beaucoup de patients en bonne santé et peu de malades (se faisant rémunérer en préventif et intervenant gratuitement en curatif).

 

Il va également de soi que dans le cadre du sport où les animaux sont soumis à des stress physiques et mentaux mais également au stress du propriétaire dans le cadre de compétition, si en tant que musher et cavalier je travaille régulièrement sur mes chiens et mon cheval en observant des effets bénéfiques (travaillant également sur moi-même en étant mon premier patient afin de préserver mes compagnons à quatre pattes), je préconise également un rééquilibrage énergétique régulier aussi bien des animaux de sports (ainsi que de leurs propriétaire) que ceux utilisés pour les zoothérapies (si l’hippothérapie par exemple est excellente pour certains enfants souffrant d’handicaps mentaux ou physiques comme il est connu que le contact avec un animal est apaisant, cet effet apaisant étant lié au fait que les animaux peuvent littéralement absorber le stress des humains,  il est essentiel de rééquilibrer régulièrement ces animaux pour les préserver).

GALERIE

CONTACT

La voie de l’ours

 7j/7 – 24h/24
Domaine du pierreux 89,
5377 Heure

Envoyez-nous un message